VDH, une structure hybride au service des jeunes

En octobre 1987, alors que de nombreux candidats faisaient le tour d’Haïti pour solliciter le vote du peuple haïtien, un jeune de 20 ans, fraichement revenu d’une bourse de formation offerte par le Gouvernement américain, accompagné d’autres jeunes de 18 à 22 ans, parcourait tout le pays dans un but différent. Il s’agissait pour ce jeune leader, Arnoux Descardes, de diagnostiquer les problèmes de la jeunesse haïtienne et de tirer des matrices réelles d’Haïti les bases d’un véritable mouvement juvénile. Ainsi, le Volontariat pour le Développement d’Haïti (VDH) allait officiellement prendre naissance le 16 février 1988.

 

Depuis, le VDH est devenu une structure hybride qui mobilise à la fois des jeunes et des professionnels d’horizons divers. Au sein de cette structure, Arnoux Descardes joue le rôle de Directeur exécutif qui mobilise les ressources, recherche les partenariats, veille à la satisfaction des jeunes. Une coordination de projets met en œuvre les activités dont le suivi et l’évaluation sont assurés par une coordination différente. Parallèlement, une coordination administrative et financière assure la gestion et la mise en œuvre financière, avec l’appui depuis 2014 d’un contrôleur interne.

 

Le VDH s’est taillé une place de choix dans le paysage communautaire haïtien ; il s’est imposé comme un partenaire incontournable du Ministère de la Santé, du Ministère de l’Éducation Nationale, des agences de coopération internationale en matière de santé, d’insertion socioéconomique, de participation citoyenne et communautaire des jeunes.

 

Le VDH est donc, après 28 ans de travail sans relâche, une référence par le fait qu’il est :

Ø  l’une des rares organisations à avoir offert des services directement à plus de 600,000 haïtiens et haïtiennes ;

Ø  la seule organisation impliquée dans la prévention du VIH et des grossesses précoces en Haïti qui soit effectivement nationale ;

Ø  le plus grand réseau national de jeunes en raison de ses 40 000 membres répartis dans 22 Maisons de jeunes, 67 Comités d’Animation de Terrain et d’Éducation des Jeunes (CATEJ), 97 Associations de jeunes locales partenaires et 14 Clubs de santé dans les écoles ;

Ø  le pionnier en Haïti de la prévention du VIH/SIDA chez les adolescents et les jeunes ;

Ø  l’initiateur dans le pays (1) en 1990, de l’approche par les pairs qui est devenue une stratégie nationale reprise par tous les Plans Stratégiques nationaux, (2) en 2005, du dépistage anonyme qui avait permis d’augmenter l’utilisation par les jeunes des services de dépistage du VIH  dans un contexte marqué par le manque de confidentialité, (3) en 2013, du dépistage communautaire non médicalisé qui permet désormais d’atteindre non seulement les jeunes, mais également les Hommes ayant des relations sexuelles avec des Hommes (HSH) et les Travailleurs du Sexe (TS) en vue de permettre la découverte précoce des cas de séropositivité et l’entrée précoce dans le continuum de soins des séropositifs , (4) en 1999, de la mise en place du modèle haïtien de Maisons de Jeunes, (5) en 1999, de l’École des adultes qui implique la famille dans la prévention du VIH chez les jeunes et qui prépare les enseignants aux débats avec les élèves sur la sexualité, (6) en 1992, du premier guide haïtien d’éducation des jeunes en matière de VIH/SIDA qui avait permis d’aborder des thématiques variées, suivant une approche différenciée en ce qui a trait au genre.

 

COPYRIGHT BY VDH

© 2015